Réglementation concernant les sièges auto

Il existe de nombreux dispositifs qui peuvent être utilisés pour protéger la vie d'un enfant. Ils s'adaptent à toutes les tailles et sont sûrs pour les petits déplacements. Il est important de se rappeler que de nombreux accidents en ville se produisent sur les routes les moins dangereuses. En voiture, tenir un enfant dans ses bras n'est jamais le choix le plus sûr, car les conséquences d'un accident peuvent avoir un effet extrêmement négatif. C'est pourquoi le siège auto est un dispositif essentiel et de plus en plus utilisé de nos jours

Pourquoi les sièges auto sont si importants

Malheureusement, aujourd'hui encore, très peu d'enfants sont protégés de manière adéquate lors de leurs déplacements en voiture. Les statistiques ne sont pas encourageantes à cet égard, car environ six enfants sur dix n'utilisent pas de siège auto ou n'utilisent pas de dispositifs de retenue appropriés pour protéger leur corps. Un siège auto peut pourtant réduire de 90 % le risque de blessure grave. Il peut également contribuer à réduire le risque de décès chez les enfants âgés de moins d'un an. Les enfants âgés d'un à quatre ans peuvent courir un risque de décès jusqu'à la moitié

Ce que la loi exige

La législation insiste sur l'existence de plusieurs types de sièges auto. Ils diffèrent en fonction de la taille et du poids de l'enfant. Le premier groupe est le groupe 0 qui fait référence à de véritables porte-bébés qui peuvent être utilisés pour soutenir et protéger les enfants jusqu'à 10 kilos. Les sièges bébé de la catégorie 0+ sont destinés aux enfants pesant entre 13 et 13 kilos. Ils doivent être installés dans le sens opposé au sens de la marche. Dans le groupe 1, en revanche, on trouve des sièges auto spécialement conçus pour supporter le poids d'enfants de 9 à 18 kilos, dans le groupe 2, on trouve des sièges auto qui supportent un poids de 15 à 25 kilos, tandis que dans le groupe 3, on trouve des sièges auto qui conviennent aux enfants pesant de 22 à 36 kilos. La norme ECE 129 (également connue sous le nom de iSize) a été mise en œuvre. Elle exige désormais que tous les sièges auto pour enfants dont la hauteur ne dépasse pas 125 cm soient équipés d'un dossier.

L'utilisation des différents systèmes de retenue est désormais une obligation légale. Tous ceux qui décident, volontairement ou non, de ne pas s'y conformer, devront payer une amende allant de 80 à un maximum de 323 euros. Ils seront pénalisés par une suspension de leur permis de deux semaines à deux mois s'ils ont été condamnés pour deux infractions similaires au cours des deux dernières années. Il est important de souligner qu'il existe deux règlements européens qui serviront de ligne directrice pour l'homologation de divers dispositifs de protection et sièges à partir de 2017. Ces normes ont introduit une nouvelle méthode de classification en dot, la ECE R44 qui est liée au poids de l'enfant et la ECE R129 (appelée "i-Size") qui propose une classification en fonction de la taille de l'enfant.